Comment se passe la routine du dodo chez vous ? Votre enfant s’endort-il facilement ?

La transition entre l’hyperstimulation des dernières 12 heures et la période de calme nécessaire pour s’endormir provoque souvent de l’inconfort.

Comment se manifeste-t-il?
« Maman, j’ai soif. Je veux un verre d’eau. »
« Papa, j’ai froid. Viens me couvrir. »
« J’ai envie de pipi. » (alors qu’il est allé à la toilette il y a 10 minutes)
« Maman, berce-moi… juste 5 minutes. »

Une transition difficile

Jouer. Danser. S’amuser. Chanter. Bricoler. Travailler. Votre enfant est stimulé par son environnement toute la journée. Il est constamment entouré d’adultes ou d’enfants et les stimuli fusent de toutes parts.

Alors qu’arrive-t-il le soir venu, au moment du coucher? Même si les jouets sont rangés, les écrans fermés et les lumières tamisées, son cerveau fonctionne encore à vive allure. C’est bien souvent le seul moment de la journée où il se retrouve dans le silence, seul avec lui-même.

Et qu’entend-il dans sa tête, couché dans son lit, dans sa chambre silencieuse? Il entend sa propre voix et revoit les images de sa journée. Il se remémore ce qu’il a fait et ce qu’il a entendu.

Ça se peut qu’il agisse ainsi parce qu’il n’est pas habitué d’être seul avec lui-même.

8 actions concrètes pour des enfants moins distraits et plus calmes.

Aller au lit sans cris ni larmes

En tant que parent, vous pouvez faciliter la transition de votre enfant entre sa longue période d’activité de la journée et le sommeil. La meilleure façon est de créer un climat de confiance, de sécurité et de complicité.

Retournez un peu en arrière, au moment où votre enfant n’était qu’un tout petit bébé. Que faisiez-vous pour le réconforter lorsqu’il pleurait?  Vous le preniez dans votre bras, tout contre vous, et lui parliez tout doucement. Votre présence, votre proximité et votre chaleur l’aidaient à se calmer et à s’endormir.

Eh bien, c’est possible de reproduire cette même sensation, même si votre bébé a grandi. Alors, après la période de lecture, restez dans la chambre de votre enfant pour lui offrir votre présence rassurante.

Vous n’avez pas à parler ou à poser des questions pendant cette période. C’est le moment où votre enfant repassera sa journée dans sa tête. Vous restez près de lui, tout simplement.

Pour favoriser le calme, vous pouvez lui caresser la main ou lui masser le dos. Mais si vous n’êtes pas à l’aise, vous pouvez juste vous asseoir à côté de lui. Votre présence lui permettra de s’ouvrir et de communiquer, s’il en ressent le besoin.

L’important, c’est d’être à côté de lui au moment où il s’approprie la transition entre activité et sommeil. Il s’habitue à être seul, sans stimuli extérieurs.

C’est l’un des moments que je préfère dans la journée. Mes enfants savent qu’ils peuvent compter sur moi soir après soir. Ils savent que je suis disponible à 100 % s’ils ont besoin d’être écoutés ou de se confier. Toute mon attention est tournée vers eux : je ne parle pas avec mon mari et ne réponds pas au téléphone.

Combien de temps doit-on rester avec notre enfant?

Il faut écouter son instinct parental et rester à côté de votre enfant jusqu’à ce qu’il soit assez calme pour s’endormir.

Habituellement, je passe 5 minutes avec ma fille et 5 minutes avec mon fils. Bien sûr, il y a des exceptions et je m’ajuste. Par exemple, un soir, ma fille revenait du musée du train. Et puis, en se couchant, elle s’est mise à me raconter toute sa journée en détail, ce qui a pris 20 minutes. Alors ce soir-là, je lui ai consacré plus de temps, mais cela nous a permis de passer un très beau moment de partage et elle s’est endormie facilement.

Et si la difficulté à s’endormir s’est installée depuis plusieurs mois?

Je vous suggère de transformer ces 30 minutes négatives par 30 minutes positives. Laissez tomber les chicanes et les menaces (eh oui, ça arrive!). À la place, soyez présent à ses côtés et accompagnez-le vers le calme et le sommeil.

Au fur et à mesure, vous pourrez raccourcir le temps que vous passerez avec votre enfant. Il sera mieux dans son lit et plus en confiance, donc plus enclin à tomber dans les bras de Morphée.

Pour terminer, je vous rappelle que l’accompagnement au sommeil se réalise dans un moment unique de la journée, où votre enfant se retrouve seul avec lui-même, sans stimulation extérieure. En lui offrant chaleur, proximité et présence, vous l’aidez à associer l’heure du coucher à un moment de confiance, de sécurité et de calme.

Si vous éprouvez de la difficulté à appliquer cette approche avec votre enfant, vous pouvez contacter une psycho-éducatrice, un coach familial, un travailleur social spécialisé en petite enfance. L’important est de chercher une solution qui vous convient.

 
Véronique Leblanc a fondé Simplicité familiale pour promouvoir un mode de vie sain. Son approche fait vivre la joie dans nos foyers.  Elle permet à chacun de se libérer des croyances limitantes.

Guide pour alléger le quotidien

Faire des listes qui s'allongent sans cesse... Ca vous dit quelque chose?
Vivez
 des journées intenses tout en vous épanouissant!

Succès! Vous recevrez bientôt votre guide