Aller au lit sans cris ni larmes

Aller au lit sans cris ni larmes

Comment se passe la routine du dodo chez vous ? Votre enfant s’endort-il facilement ?

La transition entre l’hyperstimulation des dernières 12 heures et la période de calme nécessaire pour s’endormir provoque souvent de l’inconfort.

Comment se manifeste-t-il?
« Maman, j’ai soif. Je veux un verre d’eau. »
« Papa, j’ai froid. Viens me couvrir. »
« J’ai envie de pipi. » (alors qu’il est allé à la toilette il y a 10 minutes)
« Maman, berce-moi… juste 5 minutes. »

Une transition difficile

Jouer. Danser. S’amuser. Chanter. Bricoler. Travailler. Votre enfant est stimulé par son environnement toute la journée. Il est constamment entouré d’adultes ou d’enfants et les stimuli fusent de toutes parts.

Alors qu’arrive-t-il le soir venu, au moment du coucher? Même si les jouets sont rangés, les écrans fermés et les lumières tamisées, son cerveau fonctionne encore à vive allure. C’est bien souvent le seul moment de la journée où il se retrouve dans le silence, seul avec lui-même.

Et qu’entend-il dans sa tête, couché dans son lit, dans sa chambre silencieuse? Il entend sa propre voix et revoit les images de sa journée. Il se remémore ce qu’il a fait et ce qu’il a entendu.

Ça se peut qu’il agisse ainsi parce qu’il n’est pas habitué d’être seul avec lui-même.

8 actions concrètes pour des enfants moins distraits et plus calmes.

Aller au lit sans cris ni larmes

En tant que parent, vous pouvez faciliter la transition de votre enfant entre sa longue période d’activité de la journée et le sommeil. La meilleure façon est de créer un climat de confiance, de sécurité et de complicité.

Retournez un peu en arrière, au moment où votre enfant n’était qu’un tout petit bébé. Que faisiez-vous pour le réconforter lorsqu’il pleurait?  Vous le preniez dans votre bras, tout contre vous, et lui parliez tout doucement. Votre présence, votre proximité et votre chaleur l’aidaient à se calmer et à s’endormir.

Eh bien, c’est possible de reproduire cette même sensation, même si votre bébé a grandi. Alors, après la période de lecture, restez dans la chambre de votre enfant pour lui offrir votre présence rassurante.

Vous n’avez pas à parler ou à poser des questions pendant cette période. C’est le moment où votre enfant repassera sa journée dans sa tête. Vous restez près de lui, tout simplement.

Pour favoriser le calme, vous pouvez lui caresser la main ou lui masser le dos. Mais si vous n’êtes pas à l’aise, vous pouvez juste vous asseoir à côté de lui. Votre présence lui permettra de s’ouvrir et de communiquer, s’il en ressent le besoin.

L’important, c’est d’être à côté de lui au moment où il s’approprie la transition entre activité et sommeil. Il s’habitue à être seul, sans stimuli extérieurs.

C’est l’un des moments que je préfère dans la journée. Mes enfants savent qu’ils peuvent compter sur moi soir après soir. Ils savent que je suis disponible à 100 % s’ils ont besoin d’être écoutés ou de se confier. Toute mon attention est tournée vers eux : je ne parle pas avec mon mari et ne réponds pas au téléphone.

Combien de temps doit-on rester avec notre enfant?

Il faut écouter son instinct parental et rester à côté de votre enfant jusqu’à ce qu’il soit assez calme pour s’endormir.

Habituellement, je passe 5 minutes avec ma fille et 5 minutes avec mon fils. Bien sûr, il y a des exceptions et je m’ajuste. Par exemple, un soir, ma fille revenait du musée du train. Et puis, en se couchant, elle s’est mise à me raconter toute sa journée en détail, ce qui a pris 20 minutes. Alors ce soir-là, je lui ai consacré plus de temps, mais cela nous a permis de passer un très beau moment de partage et elle s’est endormie facilement.

Et si la difficulté à s’endormir s’est installée depuis plusieurs mois?

Je vous suggère de transformer ces 30 minutes négatives par 30 minutes positives. Laissez tomber les chicanes et les menaces (eh oui, ça arrive!). À la place, soyez présent à ses côtés et accompagnez-le vers le calme et le sommeil.

Au fur et à mesure, vous pourrez raccourcir le temps que vous passerez avec votre enfant. Il sera mieux dans son lit et plus en confiance, donc plus enclin à tomber dans les bras de Morphée.

Pour terminer, je vous rappelle que l’accompagnement au sommeil se réalise dans un moment unique de la journée, où votre enfant se retrouve seul avec lui-même, sans stimulation extérieure. En lui offrant chaleur, proximité et présence, vous l’aidez à associer l’heure du coucher à un moment de confiance, de sécurité et de calme.

Si vous éprouvez de la difficulté à appliquer cette approche avec votre enfant, vous pouvez contacter une psycho-éducatrice, un coach familial, un travailleur social spécialisé en petite enfance. L’important est de chercher une solution qui vous convient.

 
Véronique Leblanc a fondé Simplicité familiale pour promouvoir un mode de vie sain. Son approche fait vivre la joie dans nos foyers.  Elle permet à chacun de se libérer des croyances limitantes.
Les jouets stressants : les bannir ou non?

Les jouets stressants : les bannir ou non?

Votre enfant a-t-il du mal à rester assis aux repas ou à l’école?
Est-il capable de se concentrer sur une tâche?
Comment se passe la routine du coucher : calme ou agitée?

Enfin, saviez-vous que certains jouets peuvent perturber la concentration et la détente de votre enfant?

Les jouets stressants

L’environnement de votre enfant regorge de jouets : dans le salon, la salle familiale, la chambre à coucher… Or, certains jouets font augmenter la production de cortisol et d’adrénaline, deux hormones qui permettent au corps de lutter contre les agressions.

C’était bien pratique durant la préhistoire pour se sauver du danger. Mais aujourd’hui, votre enfant n’a pas besoin de se sauver d’un danger quelconque. L’agent stresseur, l’agression en question, c’est un jouet.

Voici quelques exemples de jouets qui entraînent cette réaction du cerveau :

  • Un toutou lumineux qui peut aussi parler et chanter;
  • Une montre ou un bracelet qui clignotent;
  • Une télévision, un ordinateur, une tablette, un téléphone intelligent et des jeux vidéo.

 

Les effets des jouets stressants

Bref, tout ce qui clignote et fait du bruit constitue un jouet stressant. À petite dose, il n’y a pas de problèmes. C’est la surstimulation qui peut entraîner du stress, de la nervosité, de la fatigue et un sentiment d’insécurité.

Ainsi, chaque fois qu’un jouet s’illumine ou fait du bruit, le cerveau de votre enfant s’oriente vers le bruit pour vérifier s’il est en danger ou non. C’est ce qu’on appelle le réflexe d’orientation.

8 actions concrètes pour des enfants plus calmes et moins distraits. PDF gratuit !

Doit-on les bannir?

Non, on cherche plutôt à trouver l’équilibre et à les limiter aux occasions spéciales. Mais surtout… on ne laisse pas jouer les enfants avec ces jeux avant de partir pour l’école ou la garderie ou bien moins d’une heure avant le début de la routine du coucher.

Pour se concentrer ou s’endormir, votre enfant a besoin réduire le plus possible la production d’hormones de stress. Son cerveau doit plutôt secréter de la mélatonine et de l’ocytocine, qui favorisent le bien-être et le calme.

À l’approche des fêtes, je vous invite à être aux aguets : les magasins sont remplis de jouets stressants. Les commerçants savent très bien que la lumière et le bruit attirent les acheteurs. Soyez fort et résistez à la tentation.

Rappelez-vous que vos enfants ont tout en eux pour évoluer : la curiosité, l’émerveillement et la joie. Inutile d’écraser leurs dispositions naturelles avec des jouets dont ils n’ont pas besoin pour s’épanouir.

Vous voulez aller plus loin et vous libérer des fausses croyances à propos des enfants et de la (sur)consommation? Abonnez-vous dès maintenant à mon infolettre.

 

 
Véronique Leblanc a fondé Simplicité familiale pour promouvoir un mode de vie sain. Son approche fait vivre la joie dans nos foyers.  Elle permet à chacun de se libérer des croyances limitantes.
Des jeux pour développer sa concentration

Des jeux pour développer sa concentration

Écouter son enseignant qui explique une nouvelle notion. Lire pendant au moins 15 minutes. Faire ses devoirs et leçons. Voilà autant de situations quotidiennes qui requièrent de la concentration de la part de votre enfant. Pas toujours facile!

Mais saviez-vous que certains jeux peuvent aider votre enfant à développer son attention et sa concentration?

L’attention, comment ça marche?

L’attention, c’est l’action qui permet de libérer son esprit pour se concentrer sur une tâche à la fois. Sans attention, aucune information ne peut être traitée, ce qui signifie qu’on ne peut pas apprendre.

L’attention peut être sollicitée de deux façons : de l’extérieur et de l’intérieur. Ainsi, notre système d’attention est stimulé de l’extérieur lorsqu’un stimulus, comme du bruit, un mouvement ou de la lumière, provoque une réponse. La télévision et les jeux vidéo entrent dans cette catégorie.

Lorsque la stimulation provient de l’intérieur, l’enfant doit faire un effort volontaire pour concentrer son attention sur un élément simple, comme un casse-tête ou un livre.

C’est en réalisant cet effort volontaire que votre enfant entraîne ses capacités d’attention qui lui permettront de s’attarder longtemps sur un élément statique et silencieux… comme son cahier de leçons.

8 actions concrètes pour des enfants moins distraits. Téléchargez le pdf ici.

Quelques suggestions de jeux

Voici plusieurs activités ou jeux qui aideront votre enfant à développer son attention et sa concentration.

Blocs
Tous les jeux d’empilage ou d’emboîtage obligent votre tout-petit à se concentrer sur ses mains. De plus, lorsque vous le laissez jouer seul, dans le silence, vous lui permettez de développer également son imagination. Une pierre, deux coups!

Cherche et trouve
Pour réussir à trouver le Minion qui mange du pop-corn, le miroir de Schtroumpf Coquet, Mme Bonheur ou le marteau de Thor, votre enfant aura besoin de beaucoup d’attention. Les livres Cherche et trouve, on adore!

Les blocs Lego
Le plus célèbre des jeux de construction favorise d’abord la motricité. Utilisés avec un modèle, ils demandent beaucoup de concentration, alors qu’utilisés seuls, ils feront travailler la créativité.

Jeux de discrimination visuelle
Jeu de mémoire, labyrinthe, suite logique, sudoku et casse-tête : tous des jeux qui nécessitent beaucoup d’attention.

Jeux de société
De nombreux jeux de société favorisent l’attention, la patience et la logique. Pensons au jeu de dames, aux échecs et au Scrabble. On a un petit faible pour la collection de jeux Smartgames, particulièrement les jeux Code couleur, Les pingouins patineurs et Lièvres et Renards.

Il est important de varier les jeux et de ce rappeler qu’aucun jouet n’est nécessaire pour jouer.

 

 
Véronique Leblanc a fondé Simplicité familiale pour promouvoir un mode de vie sain. Son approche fait vivre la joie dans nos foyers.  Elle permet à chacun de se libérer des croyances limitantes.
Recevoir simplement : Bienvenue dans ma maison en vie !

Recevoir simplement : Bienvenue dans ma maison en vie !

Avant, j’avais tendance à virer un peu folle, lorsque je recevais à la maison.

Même que j’étais assez désagréable parce que j’étais hyper stressée à cause du ménage de la préparation des repas, des drinks…..être vraiment sûre que tout est sur la coche…..et souvent cela ne l’était même pas ! Il fallait aussi que le gazon soit coupé et les mauvaises herbes enlevées. 

Je perdais une journée complète à faire le ménage, la nourriture pour finalement arriver au moment fatidique où les invités arrivaient et j’avais de la difficulté à passer un moment relax.

Je perdais une journée complète à faire le ménage, la nourriture pour finalement arriver au moment fatidique où la famille arrivait et j’avais de la difficulté à passer un moment relax.

 

Probablement que tu te retrouves là-dedans si tu es perfectionniste…

Ouf ! C’était très lourd pour moi et je n’arrivais même pas à profiter de mes invités, car je n’étais pas dans le moment présent.

J’ai changé ma perception.

Aujourd’hui, j’arrive à recevoir, quand ma maison est moins rangée et que le gazon est long, parce que j’ai compris que les gens viennent nous voir nous, pas pour critiquer notre maison. Ils ne viennent pas voir une Mélanie parfaite, mais plutôt une Mélanie présente et chaleureuse. Je n’ai plus envie de me rendre folle pour l’apparence extérieure, je préfère de loin préserver mon bien-être intérieur.

 

Et maintenant j’ai remplacé cette phrase : “Ma maison est en bordel.” par “Ma maison est en vie !”

 

C’est tellement plus positif et c’est la réalité ! Parce qu’avec des enfants, on ne peut pas avoir une maison qui ressemble à des pages de magasine !

Alors tu penseras à moi quand tu feras ta “freak” du ménage.

 

Petit guide pour alléger son quotidien et s’épanouir.

 

 

Mélanie De Langis est praticienne Access Bars(R) et créatrice de malas et bracelets en pierres semi-précieuses. Elle a fondé JustM.
Est-ce que je peux avoir la tablette ?

Est-ce que je peux avoir la tablette ?

Vos enfants demandent régulièrement la tablette, le téléphone, la télévision ou les jeux vidéos… Voici un truc pour diminuer le nombre de demandes et la négociation !

 

Effectivement, il est possible de gérer le temps des écrans d’une manière simple et efficace en déterminant un horaire fixe d’utilisation.

Établir un horaire fixe pour diminuer l’imprévisibilité.

 

-Vous affichez un calendrier grand format dans la cuisine, à la hauteur des enfants. Chacun doit pouvoir le consulter.

 

-Vous déterminez des journées et des heures fixes pendant lesquelles les enfants peuvent utiliser les écrans.  Par exemple les lundis, mercredis et vendredis de 17h à 17h30 et les dimanches de 7h à 9h.  Idéalement, l’horaire est identique d’une semaine à l’autre.

-Vous utilisez une couleur spécifique pour les écrans (tablette, jeux vidéos, téléviseur, ordinateur, téléphone intelligent) et d’autres couleurs pour les autres activités telles que cours de gymnastique, fête d’enfants…. Cela facilitera le repérage sur le calendrier.

 

Et le plus important…

 

Référez-vous au calendrier lorsque les enfants demandent du temps d’écrans : « Regardons s’il y a du temps d’écrans aujourd’hui. »  « Voyons voir si c’est l’heure d’allumer ta tablette. »

 

-Faites preuve de constance, de cohérence et de persévérance.  Vous verrez que les enfants intégreront rapidement cette façon de faire si vous ne vous laissez pas tenter par des petites exceptions.

 

Moins de demandes et moins de conflits.

Tout simplement…

 

En éliminant les zones de « peut-être que j’ai une chance d’avoir la tablette », vous diminuez les conflits qui sont reliés à l’imprévisibilité.  Il y aura donc moins de négociation, de frustration et moins de stress !  Cela aidera à maintenir une relation saine aux écrans et une bonne relation parent-enfant.  

Véronique Leblanc est coach familial et conférencière. Elle a fondé Simplicité familiale pour promouvoir un mode de vie sain et bienveillant pour tous.

 

Le principe de la maman baleine pour calmer son enfant.

Le principe de la maman baleine pour calmer son enfant.

Crise, pleurs, agitation… Quel est le rôle du parent ?

Avant 7-8 ans, les enfants ne peuvent pas se calmer par leurs pensées, car leur cerveau n’est pas assez mature.  Ainsi, une petite peine devient vite une grosse peine qui s’exprime par tout le corps (pleure, crie, agitation, coups, tension, etc).  Quel est le rôle du parent devant la détresse émotionnelle de son enfant ?

 

Le principe de la maman baleine

La baleine communique avec son baleineau par des ondes sonores.  Ce signal est comme un chuchotement à l’oreille : il peut être entendu dans un petit rayon de moins de 100 mètres.  De cette façon, le bébé reste en contact avec sa mère.

Si un stress survient lorsque le baleineau s’éloigne de la maman, son signal se modifiera et annoncera sa détresse.  Pour calmer son petit, la maman se rapprochera en gardant son signal rassurant et calmant.  Le petit se synchronisera à celui de la baleine. (voir la vidéo ci-dessous).  Il pourra continuer à jouer et explorer en sachant que sa maman n’est pas très loin.

 

TÉLÉCHARGER l’OUTIL GRATUIT: Petit guide pour alléger le quotidien et s’épanouir.

 

Mon meilleur truc pour le calmer.

Comment appliqué ce principe dans la vie quotidienne ?  Voici les 3 étapes de base :

  1. Je reste calme et je m’auto-contrôle par mes pensées, ma respiration…
  2. Je m’approche immédiatement près de l’enfant.
  3. Je le rassure par ma présence bienveillante pendant qu’il exprime ses émotions.
  4. Je reste près de lui pour qu’il retrouve son calme en se synchronisant à mon signal sécurisant.

 

L’ignorer, l’éloigner ou lui dire de cesser de pleurer peut être vécu comme du rejet de la part de l’enfant.  Cela peut être très insécurisant pour lui.  Lorsque le parent reste proche, l’enfant capte alors le message suivant : “Tu peux pleurer. Je  suis là pour toi quand tu es heureux, mais aussi quand tu es triste.” Cela le rassure et favorise l’attachement sécurisant.  Il sera disposé à apprendre et à explorer.

Je suis là pour toi.

C’est donc notre présence calme et attentionnée qui favorise le bon développement des enfants… tout comme le petit baleineau !

 

Véronique Leblanc est coach familial, conférencière et fondatrice de Simplicité familiale. Elle fait la promotion d’un mode de vie sain et bienveillant pour tous.

 

 

 

Guide pour alléger le quotidien

Faire des listes qui s'allongent sans cesse... Ca vous dit quelque chose?
Vivez
 des journées intenses tout en vous épanouissant!

Succès! Vous recevrez bientôt votre guide