L’histoire du petit garçon : l’éducation et la créativité.

L’histoire du petit garçon : l’éducation et la créativité.

Le petit garçon

Une histoire qui démontre que nous avons le pouvoir de cultiver la curiosité, la spontanéité et la créativité des enfants.

Il était une fois un petit garçon qui allait à l’école.  Il était vraiment petit et l’école était très grande.

Mais lorsqu’il se rendit compte qu’il pouvait entrer directement dans sa classe en arrivant de dehors, il fût très content.  L’école ne lui semblait alors plus aussi grande qu’avant.

Un bon matin, le petit garçon allait à l’école depuis déjà quelques temps, son enseignante dit à toute la classe : «Aujourd’hui, nous allons dessiner.»

Il savait dessiner toutes sortes de choses : des tigres et des lions, des poules et des vaches, des trains et des bateaux, et encore.  Il sortit ses crayons de couleur et se mit, dès lors, à dessiner.

Mais son enseignante ajouta alors : «Attendez, nous ne sommes pas encore prêts à commencer!» Puis, elle attendit que tous ses élèves la regardent avant de poursuivre.

«Très bien» dit-elle. «Nous allons dessiner des fleurs.»

«Parfait», se dit le petit garçon.  Il adorait dessiner des fleurs. Il lui arrivait souvent d’en dessiner pour sa maman. Il se mit donc à en dessiner de très belles, des roses, des tulipes, des orangées, des bleues…

Encore une fois, son enseignante dit : «Attendez! Je vais vous montrer comment faire.»

Elle dessina une fleur rouge avec une tige verte.

«Voilà comment on dessine une fleur.», ajouta-t-elle. «Vous pouvez maintenant commencer à dessiner.»

Le petit garçon examina la fleur qu’elle avait dessinée. Puis il regarda les siennes. Il aimait mieux les siennes, mais… il n’en dit rien. Il retourna sa feuille de papier et dessina une fleur comme celle que son enseignante avait dessinée: rouge avec un tige verte.

(…)

Et le petit garçon apprit très vite à attendre, à regarder, et à tout faire de la même façon que son enseignante. Et, il cessa très vite de faire des choses à sa propre façon.

Puis, un bon jour, la famille du petit garçon déménagea dans une autre ville et il dut alors fréquenter une autre école. Cette école-là était encore plus grande que l’autre. Et il ne pouvait pas entrer directement dans sa classe. Il devait monter de longs escaliers et parcourir de longs corridors avant d’arriver à sa classe.

Et, le premier jour où il y alla, sa nouvelle enseignante dit : «Aujourd’hui, nous allons faire un dessin.»

«Parfait», se dit le petit garçon et il attendit que son enseignante lui montre comment faire.  Mais celle-ci ne dit alors rien de plus et elle se mit à circuler dans les rangées.

Lorsqu’elle arriva tout près de notre petit garçon, elle lui dit : «Tu n’as pas envie de dessiner aujourd’hui?»

«Mais oui» dit-il. «Qu’est-ce que je vais dessiner?»

«Je ne le sais pas», lui répondit-elle. «C’est ton choix, tu as sûrement des talents pour le dessin. Nous allons voir lorsque tu auras terminé.»

«Comment dois-je faire?» dit le petit garçon.

Guide pour alléger le quotidien. Outil gratuit.

«Comme tu veux», lui dit-elle.

«De quelle couleur?», demanda-t-il.

«À toi de choisir», lui répondit-elle. «Si tous mes élèves dessinaient la même chose, de la même couleur, je ne pourrais jamais savoir qui a dessiné quoi!»

«Je ne sais pas», ajouta le petit garçon.

Et, il se mit à dessiner une fleur rouge avec une tige verte…

Histoire de Helen G. Buckley

Véronique Leblanc est coach et conférencière. Elle a fondé Simplicité familiale pour promouvoir un mode de vie sain et bienveillant.
Parents…tout simplement !

Parents…tout simplement !

Simplicity Parenting : un livre coup de coeur

Qu’est-ce qu’un mode de vie sain et adapté pour un enfant ?   Le livre Parents…tout simplement !  propose des moyens concrets pour redécouvrir la vie en famille avec… moins de stress et moins de pression !

Personnellement, j’ai réalisé que ma vie familiale n’avait pas à être si compliquée.  Mes enfants n’ont pas besoin d’une tonne de jouets, d’activités éducatives devant l’écran ou de sorties au parc d’attraction…  Ils ont surtout besoin que je sois disponible pour eux de manière constante et bienveillante.

 

Un mot sur l’auteur.

Kim John Pyne (M.ED) est conseiller auprès de 200 écoles publiques et privées américaines, chercheur, éducateur et consultant familial depuis 30 ans. Il est l’auteur du best-seller mondial Parents…tout simplement. Il a créé l’approche Simplicité Parenting pour accompagner parents et éducateurs dans les défis actuels: difficultés sociales, rivalité frères-soeurs, problème de comportement et d’opposition, agressivité, addiction, faible estime de soi, l’intimidation. Il parle de dérives comportementales dues au stress cumulatif et propose des changements efficaces pour restaurer les capacités naturelles des enfants. Il co-dirige un vaste programme de recherche visant à étudier et à développer une approche sans médication des troubles de l’attention (TDAH).

 

M. Payne a mené une étude consistant à simplifier la vie d’enfants souffrant d’un trouble du déficit de l’attention. En seulement quatre mois, ces symptômes disparaissaient chez 68% des jeunes sujets. Les aptitudes scolaires et cognitives de ces enfants augmentaient aussi de 37%, ce que l’on ne constate pas avec les médicaments généralement prescrits comme la Ritaline. Le Huffington Post.

Des petits changements simples et positifs sont proposés tels que :

  • Désencombrer les maisons des jouets et des vêtements
  • Limiter le temps d’écrans
  • Rendre les semaines plus prévisibles et plus constantes
  • Discuter des problèmes en l’absence des enfants
  • Augmenter le temps de jeux libres
  • Impliquer les enfants dans les tâches ménagères
  • Équilibrer les activités : activités physiques, manuelles, artistiques, intellectuelles…

Cette lecture m’a fait réfléchir et j’ai réalisé avec le temps  :

-Qu’en simplifiant la vie des enfants, ce sont les parents qui gagnent en temps, en plaisir et en liberté. Ils peuvent ainsi s’accomplir, vivre leurs passions et être des modèles heureux pour leurs enfants.

-Que les enfants se nourrissent surtout de nos émotions.

-que vivre simplement prévenait la majorité des problèmes (crises, anxiété, agitation, opposition, cauchemars, rigidité) et qu’il ait possible de renverser la vapeur.

-que jouets, les écrans, les discussions, les activités, les routines influencent le sentiment de sécurité (ou d’insécurité) des enfants.

-qu’il faut prendre le temps de s’arrêter pour que nos enfants puissent « digérer » toutes les stimulations quotidiennes.

-qu’il est possible de protéger la période de l’enfance comme nous protégeons la terre.

-que j’écoute davantage mon instinct maternel et que je fais davantage confiance en la vie !

 

Simplicité Parenting a apporté à ma famille beaucoup plus que ce que j’espérais.  C’est un livre coup de coeur qui me guide et que je consulte régulièrement. C’est une approche accessible à tous ceux qui désirent offrir le meilleur à leurs enfants.

 

Bonne lecture !

 

Véronique Leblanc. Coach familial, coach TDAH, conférencière, enseignante et passionnée par l’enfance. Elle a fondé Simplicité familiale qui encourage un mode de vie sain en famille. Le coaching Vivre sainement aide les parents à appliquer les principes de Simplicity Parenting dans leur quotidien.

Spinner : Pourquoi nous ne l’avons pas acheté ?

Spinner : Pourquoi nous ne l’avons pas acheté ?

Je veux un “spinner” !

Qu’est-ce que nous pouvons répondre lorsque nous ne voulons pas encourager la consommation ?

Mon garçon désirait beaucoup le fameux jouet tendance.  Nous voulions lui faire plaisir. Quelles étaient les autres options que de passer au magasin ?  Nous avons pensé le fabriquer en papier.  C’est en cherchant un modèle que nous sommes tombés sur “Fabriquer son propre Spinner” et nous avions déjà tout le matériel, c’est-à-dire de la pâte FIMO et quatre roulements à billes (bearing).

Alors, tous ensemble, un dimanche matin, nous nous sommes mis à la tâche.  Nous avons vu nos enfants travailler très fort avec leurs doigts pour modeler la pâte, pour découper le modèle, pour égaliser les côtés avec un petit couteau…  Puis, nous avons dû recommencer : la pâte n’était pas assez épaisse.  Notre rôle était de superviser et d’encourager. Nos enfants ont fait preuve de détermination, de précision et de concentration.  À chacune des étapes, l’excitation et le désir de jouer augmentaient.  La dernière étape, celle du refroidissement, testait leur patience.

Le jouet était prêt : que de bonheur que de voir nos enfants le coeur heureux et fier.  Et ce n’est pas terminé… le modèle utilisé est un peu grand pour des petites mains de 8 ans, mais mon garçon et ma fille ont déjà hâte de recommencer avec un modèle plus petit (à imprimer sur internet).  Après tout, c’est avec la pratique et la persévérance que nous devenons meilleurs.

Alors pourquoi l’avoir fabriqué ?

-Parce que pour l’enfant, le processus compte autant que le résultat. C’est en faisant qu’il apprend (et cela demande surtout du temps).

-Parce que, dans la vie, nous n’obtenons pas tout ce que nous désirons sans fournir d’effort.  La fierté vient de l’accomplissement.

-Parce que cela encourage la création. Ma fille en a d’ailleurs profité pour se fabriquer une médaille en forme de spinner.

-Parce que l’enfant apprend qu’on peut se débrouiller avec ce qu’on possède déjà. Il existe d’autres solutions que la consommation.

-Parce que le plaisir grandit avec l’anticipation, l’attente et l’implication.

-Parce que nous avons partagé un bon moment ensemble.

 

Véronique Leblanc. Coach familial, coach TDAH, conférencière, enseignante et passionnée par l’enfance, elle est une mère engagée envers le respect des besoins des enfants. Elle encourage un mode de vie sain en famille en informant et conscientisant sur les jouets, les écrans, le rythme de vie et la parentalité positive.

Des jouets partout : quels sont les effets sur les enfants ?

Des jouets partout : quels sont les effets sur les enfants ?

Il est distrait pendant sa routine du matin.  Il demande constamment votre attention. Il joue peu seul. Est-ce que les nombreux jouets peuvent nuire à votre enfant ?

Dans une maison, les distractions sont nombreuses : le petit frère qui pleure, les écrans allumés, le téléphone qui sonne, les jouets qui traînent partout… Tout cela comble l’espace mental et l’empêche de se centrer sur sa routine et ses devoirs. Un environnement chargé peut aussi le détourner de ce qui est essentiel pour son développement: le jeu engagé.

Les distractions

En tant qu’adulte, je me rends compte de l’effet de la surcharge visuelle lorsque j’ai quelques articles à acheter. Je me fais une petite liste mentale mais, c’est immanquable, les tablettes bondées des commerces me font « oublier » ce que je veux vraiment et me distraient de ma liste. Mon cerveau est bombardé d’images et garder le focus sur ce qui m’intéresse me demande un effort incroyable. Mes capacités de concentration semblent défectueuses et je n’ai plus accès à ce que je viens vraiment chercher. Terminer mes achats sans rien oublier est un défi et je réalise à quel point l’espace physique peut encombrer mes pensées.

 

Aucun jouet ne l’intéresse.

L’enfant est en développement ; ses capacités sont donc en construction.  Il pourra se concentrer de plus en plus en grandissant et aura plus facilement accès à ses pensées.  La majorité de ses “nouvelles” capacités s’acquièrent par le jeu libre.  Toutefois, trop de stimuli démotivent l’enfant et nuisent à l’émergence du jeu libre.  Cela se manifeste par différents comportements :

Il passe d’un jouet à l’autre, en butinant sans grand intérêt.

Il ne joue pas seul.

Il cherche à être diverti par les écrans.

Il est distrait pendant ses devoirs et sa routine.

 

Tout simplement…

Plus l’environnement sera purifié, moins son attention sera fractionnée.   En diminuant le nombre de jouets que l’enfant voit, celui-ci retrouve la possibilité de créer son monde, d’utiliser sa créativité et d’intégrer son vécu. Il peut alors anticiper ses actions, trouver des solutions à ses problèmes, collaborer avec sa fratrie et retrouver le plaisir de jouer pendant des heures… et entraîner ses capacités d’attention.  En éliminant l’excès, le milieu de vie devient plus calme, plus harmonieux.

 

Viser moins…

Réduire les stimuli visuels et sonores est un premier pas important pour offrir  un milieu de vie sain et adapté aux petits. C’est une manière réaliste et concrète de libérer l’espace physique et mental.  Le sentiment d’être submergé peut être réduit par des actions simples et positives:

  • Recouvrir les bacs à jouets d’un voile.
  • Utiliser des paniers sur les tablettes.
  • Réduire le nombre de cadres sur les murs.
  • Cacher les appareils électroniques dans les tiroirs.
  • Enlever les piles des jouets qui clignotent ou qui sont bruyants.
  • Éteindre les écrans lorsqu’ils ne sont pas utilisés.
  • Libérer les comptoirs, les commodes et les planchers.
  • Diminuer la quantité de jouets en donnant ceux qui ne sont pas utilisés régulièrement.

 

Un foyer plus paisible.

En se libérant des jouets qui ne rentrent plus dans le coffre, de ceux qui sont brisés, délaissés ou bruyants, les enfants ont davantage d’espace pour bouger et pour créer.  Lorsque les comptoirs, les murs et les planchers sont moins chargés, c’est toute la maison qui devient plus paisible pour les sens. L’enfant aura accès à ses propres ressources. Il se mettra à se confier à vous (hey, tu sais quoi maman, l’enseignante a dit que…). Il sera davantage intéressé par ses propres jouets. Il pourra aussi porter son attention à la bonne place, au bon moment.

Vous verrez aussi qu’une maison désencombrée allège le rangement, facilite l’écoute des consignes, la routine et les devoirs tout en favorisant le calme intérieur !

Véronique Leblanc. Coach familial, coach TDAH, conférencière, enseignante et passionnée par l’enfance, elle est une mère engagée envers le respect des besoins des enfants. Elle encourage un mode de vie sain en famille en informant et conscientisant sur les jouets, les écrans, le rythme de vie et la parentalité positive.

Êtes-vous satisfaits de votre quotidien ?

40 toutous, 4 camions… Les jouets qui se multiplient.

40 toutous, 4 camions… Les jouets qui se multiplient.

Avez-vous plusieurs exemplaires du même jouet ?

Il aime son camion de pompier, pourquoi ne pas lui en offrir un de plus ? Avec deux camions, il sera sûrement deux fois plus heureux.

L’intention de l’adulte est évidemment de faire plaisir à l’enfant en offrant un objet et, puisqu’il montre déjà de l’intérêt envers les camions, les risques de se tromper sont faibles.  Mais, le fait d’avoir plusieurs versions du même jouet produit un effet inattendu : une pile de toutous qui n’ont même plus de prénom, des robes de princesse dans le fond d’un tiroir, et deux camions immobiles.

C’est trop pour moi !

La multiplication des jouets incitent au désengagement émotionnel.  L’enfant trouve la tâche trop lourde : “Comment m’occuper de tous ces jouets ?  Il y en a tellement que je n’y arriverai jamais.  Plutôt les laisser de côté.”  L’espace devient encombré. L’enfant est surchargé: il a l’impression de perdre le contrôle.

Imaginez que vous avez 10 bébés.  Vous devez les habiller, les changer, leur parler, les nourrir quotdiennement… Vous sentez-vous débordés par la tâche ? L’enfant qui a 10 poupées sent que son travail est lourd et qu’il n’y arrivera pas.  Tandis qu’une seule poupée lui permet d’imiter ses parents et d’en prendre bien soin.

Diminuez son stress.

Il est suggéré de garder seulement les jouets avec lesquels l’enfant vit une relation, c’est-à-dire, ceux qui sont le plus utilisés.  Ainsi, quelques jouets restent accessibles en tout temps : deux robes de princesse plutôt que trente, un tracteur plutôt que cinq, etc. Les autres exemplaires sont mis dans une section réservée aux journées spéciales.  Ainsi, la quantité réduite devient plus facile à gérer (moins stressante) et l’enfant ne sent sent plus débordé par la tâche.

Tout simplement…

En éliminant les autres jouets, ceux qui se sont multipliés avec le temps, l’enfant retrouve le plaisir de s’engager dans le jeu libre.

 

Simplicité familiale : Redécouvrez l’enfance dans votre foyer.

Véronique Leblanc. Coach familial, coach TDAH, conférencière, enseignante et passionnée par l’enfance, elle est une mère engagée envers le respect des besoins des enfants. Elle encourage un mode de vie sain en famille en informant et conscientisant sur les jouets, les écrans, le rythme de vie et la parentalité positive.